Le tétra-aide

lundi 20 novembre 2017

Le tétra-aide est un dispositif qui a été créé par Bruce Demaugé-Bost en 2005, pour faciliter la demande d’aide tout en favorisant l’autonomie. L’année scolaire 2016-2017 a été l’occasion de sa mise en place dans une classe àdouble niveau CE1/CM2, par notre camarade Philippe Levet.

Le tétra-aide est un dispositif mis en place àl’initiative de Bruce Demaugé-Bost (1). Il vise au départ àéviter l’embouteillage auprès de l’enseignantE et àgérer les demandes d’aide ou de correction. Le système mis en place cette année avec la classe de CE1/CM2 a été légèrement modifié pour une plus grande autonomie et àfavoriser la coopération entre élèves.

Le dispositif

JPEG - 12.4 ko

Le dispositif de M. Demaugé-Bost se constitue d’un tétraèdre divisé en quatre parties qui indiquent “l’état de l’activité†de l’élève. La partie supérieure indique par son code couleur l’activité de l’élève :

1] vert : Tout va bien ; Je travaille / Je m’occupe / Je n’ai besoin de personne.

2] bleu : J’aide quelqu’un ou je suis aidéE.

3] jaune : Je souhaiterais que l’enseignantE passe quand il/elle sera disponible : j’ai une question non urgente / Je souhaiterais faire corriger un exercice.

4] rouge : Au secours ! Je n’y arrive pas ! J’ai besoin de l’enseignantE.

Les modifications apportées se sont situées sur les indications portées par le tétra-aide en vue d’une autonomie des élèves et de renforcer la coopération entre pairs.

1] vert : Tout va bien ; Je travaille / Je m’occupe / Je n’ai besoin de personne.

2] bleu : J’aide quelqu’un ou je suis aidéE.

3] jaune : J’ai fini mon travail : j’aimerais que l’enseignantE vérifie mon travail/ Je suis disponible pour aider quelqu’un.

4] rouge : Au secours : j’ai besoin d’aide de l’enseignantE ou d’unE camarade car je suis perduE.

Le contrat didactique

Pour que le système du tétra-aide puisse être efficace, il faut que le contrat didactique entre les élèves et l’enseignantE soit respecté (2) ainsi que le contrat pédagogique entre l’enseignéE et l’enseignantE : l’élève est làpour réaliser des apprentissages ; l’enseignantE est làpour mettre en place des situations d’apprentissage ; les modalités sont le plus possible éclaircies (le programme, les objectifs, les méthodes d’apprentissages, l’évaluation). Les règles de mise en place du tétra-aide doivent clairement expliquées aux élèves et il ne s’agit pas de délaisser l’activité en cours au profit de l’aide àunE autre : il faut d’abord finir la tâche demandée avant de pouvoir aider l’autre. Il s’agit aussi de la part de l’élève demandeur/euses de savoir le plus clairement possible s’il a véritablement besoin d’aide. Cette auto-évaluation des difficultés n’est pas toujours facile surtout pour les élèves les plus jeunes, parfois une écoute attentive : une relecture de la consigne, l’utilisation des outils disponibles dans la classe sont àmême de résoudre la difficulté sans l’aide d’unE autre. Il ne s’agit pas non plus d’utiliser la tétra-aide pour aller discuter entre camarades.

La mise en place

La mise en place du tétra-aide n’a pas posé de difficulté dans l’organisation de la classe ; celle-ci ayant pour une large part une habitude de l’autonomie. La partie la plus délicate àmettre en place pour les élèves a été la nature de l’aide apportée : il s’agit d’aider l’autre àréaliser l’exercice ou l’activité demandée et non pas de faire àla place. L’aide a pu prendre la forme d’une reformulation des questions, d’un aide dans le repérage des outils disponibles, d’une aide dans la décomposition d’une tâche complexe en suite de tâches plus simples, parfois dans l’aide au traçage ou àl’écriture pour certainEs élèves en difficulté graphique. Cette partie a été plus longue àmettre en place mais, avec le temps, la différence entre “aider†et “faire àla place†est de plus en distinguée. Les élèves de CM2 ont très vite compris le principe d’aider sans faire àla place et par l’exemple, par infusion, les élèves de CE1 ont compris le principe de l’aide et du guidage d’autrui.

Un premier bilan

JPEG - 13.1 ko

Le tétra-aide a permis àl’ensemble des élèves de relativiser les difficultés scolaires des unEs et des autres, de dédramatiser l’apprentissage scolaire. L’ensemble de la classe a pu se rendre compte que tout le monde n’était pas forcément toujours en situation de réussite et que la plupart étaient àun moment ou un autre capables d’aider autrui. Quelques élèves de CE1 ont même été capables de réfléchir sur l’aide : une élève a expliqué qu’aider une camarade obligeait àêtre plus claire dans les explications et qu’il fallait avoir soi-même bien compris pour pouvoir aider l’autre.

Pour l’enseignantE, le tétra-aide a surtout permis de gérer la disponibilité auprès des élèves. La gestion du temps pour aider, observer, revoir de manière individuelle a été considérablement augmentée. Le système a même permis, par moments, de mettre en retrait l’enseignantE : l’ensemble de la classe tournant sans avoir besoin de l’adulte. Le tétra-aide est pour l’enseignantE un instrument de la boîte àoutils pédagogique qui permet àla classe d’acquérir plus d’autonomie et de coopérer entre élèves.

Philippe Levet

(1) http://bdemauge.free.fr/tetraaide.pdf

(2) “Dans toutes les situations didactiques, le maître tente de faire savoir àl’élève ce qu’il veut qu’il fasse, mais ne peut pas le dire d’une manière telle que l’élève n’ait qu’àexécuter une série d’ordres. Ce contrat fonctionne comme un système d’obligations réciproques qui détermine ce que chaque partenaire, l’enseignant et l’enseigné, a la responsabilité de gérer, et dont il sera d’une manière ou d’une autre, responsable devant l’autre.†Guy Brousseau.


_