Appel de la coordination nationale étudiante de Toulouse III (Rangueil)

jeudi 20 décembre 2007
par  PB, Administrateur

Nous, représentants de 15 délégations d’universités mobilisées, réunis en coordination nationale les 15 et 16 décembre 2007, lançons l’appel suivant :

Après plus de 8 semaines de mobilisation, la lutte contre la LRU continue dans les universités et lycées. Nous sommes toujours des centaines de milliers àrefuser la logique de la LRU : étudiants, chercheurs, enseignants, personnels, lycéens ... La majorité des universités et de plus en plus de lycées sont toujours en lutte. Cependant, le gouvernement répond ànotre mouvement par deux moyens : de prétendues "avancées" et une violente répression sur laquelle les Médias restent plus que discrets (les fermetures administratives, les interventions de la police, de la BAC, des CRS, des gendarmes mobiles, ainsi que des vigiles ; de plus les procès contre les lycéens et étudiants mobilisés se généralisent). L’objectif de leurs opérations, toujours plus violentes, est d’intimider et de criminaliser tous ceux qui se mobilisent pour les isoler et briser le mouvement.

Nous condamnons fermement ces pratiques et exigeons le retrait de toutes les forces de répression qui occupent les universités ainsi que la démission de tous les présidents d’universités qui y ont fait appel. Les annonces du gouvernement ne répondent toujours en rien ànos revendications et ne sont donc certainement pas des « avancées suffisantes pour arrêter le mouvement  » comme le prétendent certains. Nous nous battrons jusqu’ àl’ obtention de nos revendications : principalement l’abrogation de la LRU , mais aussi de la LEC, et nous nous déclarons solidaires des professeurs et lycéens qui manifestent contre le rapport DARCOS. Notre mouvement continue dans une phase de lutte sur la durée mais aussi dans une phase de réflexion. La coordination étudiante se fixe aussi pour objectif l’élaboration d’un projet de nouvelle université auquel sera associé la communauté universitaire dans son ensemble.

Nous pensons toujours que le blocage (c’est àdire les piquets de grève) est le moyen le plus efficace pour permettre àtous de participer àla lutte sans la pression des absences en cours et la supression des bourses. Chaque fac doit cependant trouver les modalités de lutte les plus en phase avec la réalité locale. Certains étudiants de Montpellier, dont nous sommes solidaires, ont entamés une grêve de la faim et appellent d’autres étudiants àles rejoindres.

Le mouvement ne s’arrêtera pas. Nous rappelons que la lutte contre la LRU s’inscrit dans un contexte plus global de casse des services publics et des acquis sociaux. Les résistances se croisent contre ce projet de régression sociale et nous manifestons toujours notre soutient àtous les secteurs mobilisés, appelant donc ainsi àpoursuivre la convergence des luttes.

Nous exigeons l’abrogation inconditionnelle et immédiate de la LRU ainsi qu’un cadrage national des diplômes, une augmentation des aides sociales et du budget de l’enseignement supérieur, la supression des frais d’inscription. En particulier, nous exigeons le rétablissement des 22000 postes de fonctionnaires supprimés cette année dont les 11200 de l’Education Nationale.

Nous exigeons que les examens soient reportés d’un mois pour faire valoir leur droits sans être pénalisés.

Nous nous prononçons également :

- pour un vrai droit àl’éducation et àla formation pour tous
- pour l’égalité entre Françaises et Etrangeres dans l’accès aux études
- pour la défense des statuts des personnels d’université et pour la titularisation des personnels précaires
- contre la privatisation de l’université publique et la politique actuelle de p2nurie budgétaire
- pour la contruction de logements sociaux àhauteur des besoins
- contre le démantèlement des services publics, pour des embauches massives et l’augmentation des salaires
- contre la privatisation de la Sécurité sociale et les franchises médicales
- services de santé et d’éducation gratuits et accessibles àtous
- pour la défense des régimes spéciaux de retaites, les 37.5 annuités pour tous, pour la retraite à60 ans àtaux plein
- pour l’abrogation des lois antiimmigrés, dont les lois CESEDA et Hortefeux, pour la régularisation de tous les sanspapiers, la fermeture des centres de rétentions et la fin des rafles
- pour l’amnistie de tous les réprimés des mouvement sociaux
- soutien aux étudiants bléssés pendant les déblocages ou autres engendrés par les forces de l’ordre.
- dénoncer la censure des vidéos qui dénonçaient la violence des CRS lors de la journée du 10 décembre 2007
- pour les transports gratuits en ville et en région pour tous
- stages rémunirés au delàdu SMIC
- nonapplication du rapport HETZEL

Nous appellons àune journée de manifestation nationale le 20 décembre,ainsi que le 15 janvier pour faire savoir au gouvernement que nous sommes toujours mobilisés.